• 07 81 38 72 20
  • This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Débordélisation !

Image
Ce que nous nommons couramment « bordel » possède son équivalent scientifique : l'entropie. C'est un terme de thermodynamique pour désigner la tendance énergétique à la dispersion en éléments simples et indifférenciés. Son opposé est la néguentropie (le préfixe nég exprimant simplement la négation).
L'activité de débordelisation est donc synonyme d'une activité de néguentropie mais je préfère  le mot de « bordel » car il est plus accessible, plus courant, il parle à tout le monde alors que la néguentropie passe pour un mot savant. La néguentropie étant un terme de thermodynamique qui concerne également des phénomènes naturels, si nous voulons avant tout parler du phénomène actuellement à l'oeuvre dans nos maisons et nos environnements humains, on pourra parler davantage de néguentropie domestique.

L'approche néguentropique concerne également la lutte contre l'agitation et la dispersion, qu'elle soit spatiale, physique ou mentale.

Deuxième concept théorique fondamental : la pharmacologie. Tous nos objets sont des objets techniques, c'est-à-dire pour les philosophes de la Grèce antique : des pharmaka (au singulier : pharmakon).

Par pharmakon les grecs entendaient un objet qui possède une face remède (qui aide, qui soigne) mais dans le même temps une face toxique (qui pollue, qui empoisonne et qui tue). Depuis plus de 2500 ans, à travers le concept de pharmakon, nous savons que ce que nous nommons « progrès » est en fait une tragédie, car chaque défaut corrigé par un pharmakon crée un nouveau défaut plus complexe appelant toujours de nouveaux pharmaka à la hauteur du nouvel enjeu (Exemple : la surenchère dans l'industrie automobile et dans la sécurité routière).

Mais les inventions techniques apparaissent bien souvent comme une condition humaine indépassable, c'est pourquoi, il faut à minima « faire de la pharmacologie » en lien avec la néguentropie afin de sélectionner, de faire des choix draconiens et mettre un terme à un usage inconsidéré d'objets (techniques). « Faire de la pharmacologie » consiste à « soigner » nos objets techniques, en les élisant en conscience et en les limitant au maximum (leur nombre et leurs effets toxiques). On peut aussi parler de minimalisme, de Low Technologie ou d'outils conviviaux (Ivan Illich). L'objectif est l'épure et in fine l'harmonie.

j'ajoute : les objets forment un système composé de sous-systèmes : Baudrillard parlait donc du « système des objets ». La technique également : Jacques Ellul parlait du « système technicien ». Socrate disait que l'écriture (et la lecture) était un pharmakon. Bernard Stiegler, décédé en août 2020, par le soutien de nombreux philosophes des siècles passés a beaucoup apporté concernant la néguentropie et la pharmacologie ("De la pharmacologie").

Alors, des Présocratiques, à Stiegler, en passant par tous les autres chercheurs, il faut s'appuyer sur 2500 ans de recherches philosophiques en la matière pour atteindre notre objectif de débordélisation et d'épuration.

Sur le plan psychologique, l'accumulation d'objets est liée à des comportements excessifs et/ou morbides dans les phénomènes suivants :
1.  Attachements affectifs : « Non, mais j'y tiens à cette table, elle était à mon arrière grand-mère qui me la offerte »
2. Collection: « Je sais pas pourquoi mais j'adore collectionner les objets miniatures, j'en ai besoin » (Cf : Chapitre Collection dans "Le Système des objets" de Baudrillard.)
3. Addictions : « Je ne peux pas m'empêcher de jouer sur ma tablette » :
4. Régressions et de rassurances : « Quand je suis assis dans mon fauteuil entouré de tous mes objets, au chaud, et que j'écris tranquillement en buvant une p'tite bière, je suis tellement bien » :
5. Accumulation, de stockages : « J'adore la récup', je suis sans arrêt en train de me dire que ça pourrait peut-être servir et puis ça me fait tellement mal au coeur de jeter »
6. Imitation, reproduction et reconnaissance sociale : « Mon pote Steve a le même téléphone », « Ma mère a toujours fait comme ça », « Tout le monde l'a, en ce moment. »
Pour ne donner que 6 phénomènes qui prennent leur source dans des intrications psychologiques complexes. Mais les éléments psychologiques qui favorisent le Bordel sont très nombreux.
Tous ces problèmes psychologiques doivent tous être traités et abordés avec douceur et lenteur (progressivité). Je vous propose de prendre tout le temps nécessaire avec vous pour progresser dans tous ces aspects psychologiques. Il s'agira de travailler sur le regard posé sur chacun de ces objets et un changement de regard sera évidemment la clé. Mais qui dit changement de regard, implique avant tout de voir les objets.

Je vous propose de nombreuses approches pour mieux observer et considérer de façon nouvelle tous vos objets. L'intérêt d'une personne extérieure repose sur un fait fondamental dans notre rapport aux objets : on baigne dedans !! Donc, on ne voit plus, on ne distingue plus rien ! (et ce n'est pas nos amis ou nos proches qui vont se permettre d'étudier quoique ce soit avec nous sur ce sujet).

Il y a des objets massifs et centraux qui sont au sommet de systèmes (exemple : notre armoire à linge en connexion avec tous les objets en rapport avec le système des vêtements ou bien notre bureau informatique en connexion avec le système des objets liés à l'informatique), mais il y a aussi en base de l'échelle tous les objets ridicules, abandonnés, oubliés (un bidule en plastique, une pub, un objet usagé) qu'on ne voit pas, qu'on ne sait pas voir.

Sylvain Rochex, janvier-Février 2020.

© 2022 Sylvain Rochex - Textes et images.