• 07 81 38 72 20
  • This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Situé dans le massif de Belledonne entre Chambéry et Grenoble, je cherche à recréer le paradis terrestre au sommet d'une colline de Savoie à 900 mètres d'altitude sur la commune de La Table :
Ce lieu, doté d'une puissance énergétique et méditative incroyable, offre un dégagement panoramique à quasi 360° à 100km vers les montagnes de Belledonne, à l'est, et la Chartreuse, les Bauges, et la ville de Val Gelon La Rochette à l'ouest et même jusqu'au Vercors au dernier plan.

Sauvage et tranquille, on y accède par une piste campagnarde et par la petite voie communale qui mène au chef-Lieu du joli village de La Table avec sa grande Église, son four à pain en construction et ses très charmants habitants.

L'Adrey est situé en dessous du hameau de Lonsemard qui signifie "Longues Semailles". L'exposition solaire est totale avec un "micro-climat", la terre est excellente, et avec une faune et une flore exceptionnelle. Le lieu offre une diversité d'espaces naturels (Forêts, prairies,...) et de sensations selon l'orientation.

Enfin, cette situation en promontoire en plein coeur du cosmos et des éléments, permet d'assister quotidiennement à des spectacles célestes et naturels absolument sidérants et époustouflants.
Installations
  • Vous trouverez sur place une pergola avec une cuisine d'été
  • 2 toilettes sèches (cabanon) avec sciure.
  • 1 serre et les jardins.
  • La basse-cour et l'étable.
La question de l'eau
La question de l'électricité
Image
Agastache et monarde... (Je n'ai pas touché la saturation)

« Avec l'odeur de la pluie, une mélancolie pénètre le citadin ; tristesse croit-il, en réalité souvenir de la terre, regret d'un monde calme et lointain qu'il devine à travers le rideau de l'ondée. »

« Boire au jour de la soif et manger à l'instant de la faim ; plonger dans la vague et tenir un poisson, plaisanter avec l'ami ou baiser les yeux de l'amie. Tout ce que nous pouvons acquérir n'est qu'un surcroît, l'essentiel nous a été donné le jour de notre naissance. Nature... Nous, modernes, commençons à déceler le sens de ce mot qui éveille en nous une irrésistible nostalgie : dans cette nature déchue où règne la mort, mais qui porte toujours la marque du créateur de l'Éden. »

« Nous sommes pris à la gorge - angoissés - autant par le vide que par le plein. Nous manquons d'air, serrés un peu plus près chaque jour par les exigences toujours plus strictes des mégalopoles, de l'argent, de la technique et de l'État. Le sentiment de notre impuissance dans la plupart des cas nous oblige à refouler l'infection au plus profond de nous-mêmes, où elle se déchaîne. Nous sommes tentés de vomir en bloc l'armée, l'école, l'usine et même l'hôpital. »

Bernard Charbonneau (Le jardin de Babylone 1969)
© 2022 Sylvain Rochex - Textes et images.